Gond Pontouvre – Le gymnase bien couvert

Lors du match de coupe de France de handball (1), qui se déroulera samedi soir, au gymnase du centre communal de Gond-Pontouvre; les acteurs de cette manifestation n’auront pas à craindre que le toit de l’édifice leur tombe sur la tête.
Fermé pour travaux depuis la fin du mois de juin, cette salle était en chantier pour en renforcer l’ossature métallurgique de la charpente, remplacer le faux plafond et refaire l’étanchéité de la toiture.

126-2623_IMG.JPG

275 000 € TTC

C’est le coût des travaux menés avec l’appui technique du Grand’Angoulême, représenté par Frédéric Hannetelle et Thomas Bodin. Gilles Nedjar assurant la surveillance du chantier pour le compte de la commune.
LEs entreprises prestataires étant: Troisel (Charpente), Sopréma (Étanchéité), Delage (Faux-plafond)
Un chantier rondement mené puisqu’il s’est achevé avec quarante cinq jours d’avance.
Ainsi, le site sera mis à la disposition des associations dès la fin de ce mois.
(1) Entre le BEC (Bordeaux étudiants club) et Gond Pontouvre

La visite du chantier, en partant de la droite:  Gérard Dezier le maire
et le dernier James Juin, adjoint chargé des travaux 

Texte et photo Gérald Lame

Publicités

Gond Pontouvre – Les questions scolaires et les travaux

20170707_180621.jpg

Une nouvelle sonorisation favorise la
communication dans la salle du conseil

  • Les questions scolaires et les travaux de voirie figuraient à l’ordre du jour du conseil municipal du 7 juillet 2017.

La rentrée scolaire 2017

Plus d’inscriptions de moins de 3 ans et réorientation en priorité vers la Capucine ou exceptionnellement vers le Treuil étant entendu que les dérogations ne seront valables qu’un an et que les enfants devront réintégrer l’école du Pontouvre après.
Comparaison natalité/scolarisation : le creux de l’année dernière s’est comblé, les enfants de 3 ans ont été inscrits. Cette année, 99% de cette génération inscrite dans nos écoles.
Pour le moment, 10 moins de 3 ans inscrits seulement sur un effectif de 70.

Ecole primaire du Treuil

téléchargement.jpg

  • Arrivée d’un nouveau directeur : M. HOOS
  • L’école est labellisée E3D : Ecole en Démarche de Développement Durable. Seulement deux écoles en Charente ont reçu ce label.

Etude de circulation et de stationnement.

La cohérence du nouveau plan de circulation et le schéma de modération des vitesses doivent s’accompagner d’un traitement des carrefours principaux. Pour fluidifier le trafic, modérer les vitesses, faciliter et sécuriser les échanges; la majorité des carrefours seront gérées par des giratoires.

  • Traitement des carrefours les giratoires
    Route de Vars
     □ Carrefour: du « Relais » (modification du giratoire)
    □  Carrefour avec l’avenue Kennedy (nouveau giratoire)

371046927.JPG

  1. Route des Fours à Chaux
    Carrefours: du Treuil (nouveau giratoire et suppression des feux tricolores) et avec celui du Grand Plantier (nouveau giratoire)
  2. Route de Paris
    □Carrefours: avec la rue de La Marine, les rues de la République, du 8 mai 1945 et du Général Leclerc, la rue  du général Leclerc (suppression des feux tricolores), la rue de la Sebire, rue de Lamartine (nouveaux giratoires).
  3. Quartier du Treuil
    Carrefour avec le boulevard du Grand Plantier, les rues du Treuil et de la Croix Rompue (nouveau giratoire en extrémité de la voie nouvelle).
    Carrefour avec la rue de la Croix Blanche en extrémité de la voie nouvelle côté ZE des Savis (nouveau giratoire avec  la commune de Champniers  et la ZA des Montagnes)
    Carrefour avec les rues du Treuil, des Colombes et le boulevard des Sports (requalification du giratoire existant)
  4. Centre bourg
    Carrefour avec l’avenue Kennedy et la rue de l’Egalité (nouveau giratoire – étude soumise au schéma définitif de la ZAC de Rochine )
    Carrefour avec les rues Jean-Jaurès et de Paris (pont Pisany nouveau giratoire)
  •   Traitement des carrefours – les surélevés
    – Route de Vars
     Carrefour avec la rue du Petit Vouillac et des Bourguets
    □ Carrefour avec la rue Leyssenot (création y compris place de stationnement devant les commerces)
    □ Carrefour avec les rues du Pas de la Vigne et de la Rivière (création)
    □ Carrefour avec la rue Richelieu (création)
    – Route de Paris
    □  Au droit de l’entrée du parking situé au n°219 (création avec un plateau  devant les commerces et mise en place  d’une « zone 30 »
    – Route de Ruelle
    □ Au droit des routes d’Agris et des Quatres éviers (création avec un passage alterné)
    – Autres lieux
    □ A l’intersection de la rue de l’Egalité et de la rue Neuve (création)
    □ A l’intersection de la route des Fours à Chaux et la sortie du lotissement des Sablons (création avec pour objectif une sortie sécurisée)

Traitement des carrefours – maintien des feux tricolores

193448115.JPG

  1. Route de Paris X route de l’Isle d’Espagnac
  2. Route des Fours à Chaux X  rue du Pas de la Vigne  (niveau Pont SNCF)
  3. Route de Vars X rues du Petit Vouillac et des Bourguets
  4. Rues Jean Moulin/A. Leyssenot (passage sous la voie SNCF)
  • Traitement des carrefours – aménagement plan
    –  Route de Vars
    □ Carrefour avec la rue Jean-Jaurès (priorité donnée aux véhicules sortant de carrefour
    □ Lieu dit « La combe du pin » sortie du chemin de Puyrenaud sur la RD 737 (mise en place d’un radar pédagogique)
    □  A la sortie du lotissement des Sablons (création d’une écluse avec priorité à la sortie y compris aménagement de place de parking

Stationnement des véhicules légers
Il est proposé de renfoncer ponctuellement la capacité actuelle et d’identifier plus de stationnement comme sur la route de Vars et la rue Jean-Jaurès. Pour le reste de la commune le principe étant de de  conserver la capacité actuelle voir l’augmenter selon l’aménagement proposé
□  Parking au 219 de la route de Paris (création de 32 places en complément de l’existant)
□  Parking rue Cuvier  (création de 20 places en complément de l’existant)
□  Parking à Roffit à l’extrémité de la rue Marie Curie (création de 20 places en complément de l’existant)
□  Route de Vars devant les commerces (création de 11 places environ)
□ Parking rue A.Leyssenot (création de 20 places à la sortie du lotissement « Les Sablons » + 4 places en alternance)
□ Parking rue du Treuil ( création de 60 places environ sur cette place inoccupée en face de la salle de tennis de table + 26 places environ entre le collège et le groupe scolaire

Stationnement des deux roues
L’étude prévoit environ 100 places supplémentaires. A ce jour, seul trois bâtiments publics sont équipés.  A savoir, le centre communal, la salle du tennis de table, et le groupe scolaire du Pontouvre. La proposition concerne  les bâtiments publics et la proximité des commerces

Stationnement des poids lourds
Pour être cohérent au principe de l’interdiction de circulation des poids lourds sur la commune, il n’est pas proposé d’identifier ou de créer des stationnements spécifiques à ces usagers

Liaisons douces
La mise en place de « zone 30 » permet l’intégration des cyclistes à la circulation et le traitement des intersections principales, sécurise les échanges sur les points durs. Ainsi le contre-sens des voies en sens unique et en « zone 30 » pourra être autorisé.
– Chemin de Chaumontet et rue du 8 Mai 1945
□ Rues barrées au extrémités pour les VL/PL – Les Extrémités resteront ouvertes à la circulation douce et aux véhicules d’entretien
– Liaison entre le stade Jean-Jaurès et le parking jouxtant l’église
□ Requalification des voies empruntées en assurant la liaison piétonne et en renforçant la sécurité du piéton (cheminement plus large) et mise en place d’un jalonnement.
– Avenue du général De Gaulle
□ Dans la zone de rencontre allant  du carrefour de rues Pasteur et Garenne au centre communal (non inclus)
– Rue de la Madeleine à l’étang
□ Dans la zone de rencontre allant du boulevard urbain à la rue du 8 Mai 1945: rue partagée avec la commune d’Angoulême

Texte et photos Gérald Lame

Gond Pontouvre – Les médailles en récompense

Grosse distribution de médailles, ce mardi 27 juin dans la salle des fêtes de Gond Pontouvre, par le maire et ses collègues du conseil municipal aux pratiquants des différentes disciplines sportives de la ville et à leurs dirigeants.
Gérard Dezier devait, en préambule s’adresser à l’assistance pour souligner l’importance de la vie associative à Gond  Pontouvre. « Avec ses 3000 adhérents la vie associative pèse sur celle de la collectivité locale.  C’est le premier ferment de la solidarité dans les écoles de sport » s’est plu à observer le maire qui devait cependant regretter le manque d’attractivité du sport en Charente où les équipements manquent de progression.
La commune de Gond Pontouvre bénéficie quant à elle d’un nombre d’installations suffisamment importantes pour une ville de 6000 habitants. De quoi faire des envies chez ses voisines.

Les récompenses

C’est plus de 150 médailles et trophées qui ont été distribués qui ont été distribues lors de cette manifestation

IMG_2604.JPG

– Tennis
Martin Leservoisier – Andréas Roy (équipe garçons 9/10 ans)
William Denizet – Philippe Morelieras – Daniel Bruimaud – Clément Loyer – Patrick Vivien (équipe séniors hommes)

IMG_2590.JPG
– Badminton
Ruby Lavallée – Laura Marquet – Gabin Guilloteau – Céline Gachet – Florian Guiche – Julien Allain – Elodie Gabillard -Julien Mages. Mélanie Redon et Benjamin Delhal (dirigeants).

IMG_2592.JPG
– Tennis de Table
Lucas Oudoul – Solal Mambi Mawangu -Nathan Doussinet – Albin Thoueilles – Louis Destarac (jeunes)
Aurore Motard – Amandine Palud – (Séniors)
Joel Marchand (vétérans)
Mathias Grégoire (championnat minimes) – Noé Bach et Alexande Barrère – Julien Barrère et Romain Erlos (championnats  benjamins/minimes, cadets/juniors.
Jérémy Bé – Jules Cassé – Noel Chevalier – Patrice Boutaud – Patrick Gouyon – Pierre Chaumette – Guillaume Monin -Jimmy Laurin Desport -Stéphane Ouvrier Bonnaz – Mélissa Magnanon – Christophe Matrenchard -Bruno Marzat – Léo Douchet – Jérome Drapeau – Bernard Barbier – David Bretaud – Pascal Desport – Daniel Enée – Fabrice Autin – Clément Defoulounoux – Florian Favraud – P. Antoine Jammet – JP Delage – Florian Grégoire – Antoine et Mathieu Seguin – Mathieu et Stéphane Tournebouraud – Sébastien Silvestrini (championnat séniors)
Magali Rousset (sport adapté)
Mélanie Raybaud (bénévole)

IMG_2594.JPG

– Canoë
Romane Giret – Thimoté Gardes (poussine/poussin)
Niels Comte – Manon Joubert (benjamin/benjamine)
Clément Riéra – Maxime Blondeau  (minimes)
Perrine Joubert (cadette)
AdrienPicco et Etienne Chauvin ( biplace séniors)
Alix Jousseaume – Corinne Joubert

IMG_2597.JPG
– G2A (athlétisme)
Anthony Jezequel – Mathieu Picard
– ACGP (football)
Equipe fanion – Equipe U11

 

IMG_2599.JPG
– GPHB (handball)
32 filles et 38 garçons répartis en cinq groupes. Dont une équipe de garçons de moins de 13 ans a remporté la coupe de la Charente. Une deuxième place en championnat régional et la coupe de la Charente pour les garçons de 15 ans. Coupe et challenge de la Charente pour les garçons et les filles des groupes de 14.
Mélisande Condat – Christophe Normand -Frédéric Guirao (dirigeants) .  

Texte et photos Gérald Lame

IMG_2601.JPG

Angoulême – 120 ans de cinéma chez Gaumont qui s’inspira de l’invention des frères Lumière

Jusqu’à fin 2017, Les Studios Paradis pourront accueillir des visiteurs au sein d’une exposition gratuite.
Gaumont, 120 années ! Beaucoup d’autres entreprises de cet âge ne sont plus que des souvenirs, des sujets d’études universitaires ou des prétextes pour la mélancolie qui s’attache à l’aube du XXe siècle.
Gaumont vit encore, plus que jamais, et a fêté ses 120 années d’existence, d’inventions, d’une réussite industrielle, commerciale et artistique.
Cette exposition-spectacle offrira un voyage à travers l’histoire du cinéma grâce à des pièces du Musée Gaumont, du Musée des Arts Forains, des extraits de films, des affiches, des costumes, des appareils anciens et des objets rares.
Cet après le vernissage de cette exposition qui s’est déroulé cet après-midi avec de nombreux invités, au premier rang desquels on remarquait la présence du maire d’Angoulême accompagné de conseillers municipaux et de François Bonneau le président du Département de la Charente, puissance invitante dans les chais Magélis.
Une crémonie présidée par le directeur général de Gaumont : Nicolas Seydoux.

IMG_2606.JPG
Les visiteurs ont ainsi eu la primeur, en parcourant les studios Paradis de cette exposition-spectacle qui offrira un voyage à travers l’histoire du cinéma grâce à des pièces du Musée Gaumont, du Musée des Arts Forains, des extraits de films, des affiches, des costumes, des appareils anciens et des objets rares.
Des films de patrimoine restaurés ainsi que de nouveaux films prochainement à l’affiche seront présentés également au cours du Festival du Film Francophone d’Angoulême.
Un évènement cinématographique qui qui a été organisé avec le concours de Marie-France Brière, Dominique Besnehard en collaboration avec Ariane Toscan Du Plantier, chargée de la communication chez Gaumont.
François Bonneau devait tenir les propos d’accueil de convenance tout en faisant l’historique des studios Paradis avant de saluer les personnalités présentes pour les remercier chaleureusement et notamment le patron de Gaumont.
Nicolas Seydoux en a référé dans son allocution à Léon Gaumont fondateur de la société qui avait cru dès 1895 au cinématographe de frères Lumière pour créer sa propre société. Il s’inspirera du prénom de sa mère, en 1903, pour créer la célèbre Marguerite. Marguerite un prénom au rapport historique que n’a pas manqué de faire M.Seydoux avec celle d’Angoulême et de Navarre « le meilleur moyen de transition de ce que nous sommes ». Et de se projeter résolument dans le demi siècle à venir en faisant allusion au besoin d’être ensemble dans ce lieu de partage qu’est la salle de cinéma.
Et lorsque je l’ai interrogé sur la longévité de Gaumont en invoquant le pragmatisme et la diversification…après un temps de réflexion, il m’a dit: « quand on commet des erreurs on les corrige très vite ».

Texte et photos Gérald Lame

Angoulême – Un chantier qui prend ses aises et met les piétons mal à l’aise

Le long du trottoir qui longe l’hôtel Mercure face aux Halles d’Angoulême il est un chantier qui, si l’on s’en tient à l’arrêté municipal accroché sur le grillage et qui interdit le passage des piétons sur le trottoir depuis l’entrée du parking de l’hôtel jusqu’au delà du passage protégé, matérialisé sur la chaussée à proximité du boulevard Pasteur, permettant de traverser la route pour accéder aux Halles. ,
Sauf prolongation autorisée et dument portée à la connaissance du public par affichage sur le dit chantier, les travaux auraient dû, en principe, cesser depuis le 16 mars 2017.
Et ce n’est que depuis quelques jours qu’il fait l’objet d’un semblant de sécurisation.
Des photos prises le 1er juin dernier démontrent que le panneau installé sur le trottoir du boulevard Pasteur invite le piéton à traverser en face …. ? Et que sur le trottoir où se trouve l’arrêt de bus le long du mur de l’hôtel, les véhicules de l’entreprise stationnent à leur aise, tandis que le piéton s’en trouve mal à l’aise.

 

20170601_105856.jpg

20170601_091537.jpg

 

 

 

 

 

 

Texte et photos Gérald Lame

Angoulême – Six mois pour effeuiller la Marguerite

Pas qu’un peu, même pas beaucoup, mais passionnément lorsque l’on a écouté Ariane Toscan du Plantier, chargée de la communication, évoquer la prochaine exposition de la vieille dame à l’insigne de la marguerite: la plus ancienne société cinématographique française : Gaumont.

20170411_144327.jpg
C’était hier lors d’une conférence de presse, tenue à l’hôtel du Département, dédiée à cette évènement culturel et populaire qui du 4 juillet prochain au 31 décembre 2017 fera des studios Paradis, installés dans les chais Magélis, un haut lieu de l’histoire du cinéma français où l’entrée sera gratuite.
Une opportunité dont s’est saisi le département de la Charente pour faire rayonner la ville d’Angoulême dans un lieu de découverte, de rencontre, d’apprentissage pour tous les publics. Mais aussi un lieu de référence pour les écoles de l’image et les universités de la Région. L’exposition 120 ans de cinéma Gaumont marquera une impulsion forte et symbolique. Ce que n’a pas manqué de mettre en exergue la patron du Département, François Bonneau, en remerciant les têtes pensantes du FFF (Festival du film francophone) d’Angoulême, Marie France Brière et Dominique Besnehard , par ailleurs ambassadeurs de la francophonie à travers les continents. Un de leur récent voyage les ayant amener en Côte d’Ivoire où Dominique Besnehard s’est félicité de l’accueil réservé à la délégation française et qui devrait ouvrir sur étroit partenariat dans l’organisation d’un évènement cinématographique dans ce pays dont des représentants assistaient à cette conférence.
Dominique Besnehard a rendu hommage à Daniel Toscan du Plantier  « homme génial ».
Dont on peu préciser qu’il a vécu pour le cinéma et dont la vie a brutalement pris fin un jour de février 2003 lors du festival du film de Berlin…tout un symbole.
Passionnément

Ariane Toscan du Plantier, fille de Daniel et de Marie Christine Barrault a promis de proposer tout un tas de choses lors de cette exposition: la communication, mille moyens de mettre  en surbrillance l’histoire du cinéma Gaumont et celle la ville. Avant de vilipender le déroulé du calendrier d’organisation de cet évènement d’abord réservé aux continents et à Paris sans avoir pensé à la France dans la cité de Marguerite, c’est « honteux » a-t-elle rajouté.
Pour revivre les plus grandes émotions du cinéma, l’exposition invitera son public à embarquer pour un voyage cinématographique extraordinaire. La réplique des toits de Paris (inédit) les emmènera sur le plateau du tournage de Fantômas tandis que celle du trainrévèlera dans ses compartiments habillés aux couleurs des films, la collection des plus beaux costumes du Musée Gaumont. Immersion totale au sein du septième art et de ses films, l’exposition invitera aussi les visiteurs à revivre les scènes les plus célèbres du cinéma comme cette rue pavée (inédit)arpentée par des personnages de films à taille réelle qui rappellent ceux de La Traversée de Paris.

20170410_180757.jpg

Répliques cultes, lieux mythiques aujourd’hui disparus comme le Gaumont Palace à Paris, pièces de collections tels les premiers appareils de projection et caméras, affiches, photographies, extraits de films… à travers cette exposition hors du commun, c’est toute une société qui dévoile ses secrets au grand jour pour mettre en lumière sa splendeur et les œuvres qui la composent depuis la naissance du cinéma.

D’Alice Guy en 1896, première femme réalisatrice au monde qui a tourné environ 300 films, en passant par Louis Feuillade jusqu’à Luc Besson, Matthieu Kassovitz, Francis Veber, Jean-Jacques Beineix, Federico Fellini, Maurice Pialat, Jean-Luc Godard ou plus récemment Olivier Nakache et Éric Toledano (réalisateurs d’Intouchables), Gaumont, c’est plus de 1 100 productions cinématographiques réunies. Dirigée aujourd’hui par Nicolas Seydoux (Président), Sidonie Dumas (Directrice Générale) et Christophe Riandee (Directeur Général Adjoint), la société représente le deuxième plus riche catalogue de films en France dont plus de 310 films restaurés en 2K. Certains d’entre eux seront par ailleurs à découvrir ou à redécouvrir à travers une rétrospective organisée dans les différents cinémas de la ville d’Angoulême et au sein du Festival du Film Francophone d’Angoulême qui se tiendra du 22 au 29 août 2017.
Année exceptionnelle en matière exposition et de contribution à la notoriété d’Angoulême s’est félicicité le premier magistrat de la cité des Valois: Xavier Bonnefont.

Texte et photo Gérald Lame